mercredi 28 mars 2018

Une bonne intention Solène Bakowski



Merci aux éditions Bragelonne de cette belle découverte.

Une bonne intention, c'est l'histoire de Mathilde, neuf ans. Elle a perdu sa maman et vit avec son père qui se remet très difficilement, si ce n'est pas du tout, de la mort de sa femme. A proximité vit aussi sa grand-mère, qui porte à bout de bras ce qui reste de la famille. Un jour, Mati ne rentre pas de l'école  ; évidemment, tous les soupçons se portent sur le père. Mais Mati est partie avec un ange, Rémi, un jeune homme d'une vingtaine d'années atteint d'autisme léger. Rémi travaille à la poste, où sa mémoire prodigieuse des codes postaux fait des miracles, et depuis quelque temps il répond aux lettres que Mati adresse à sa maman, au Pays blanc. Et, tandis qu'ils s'échappent loin de la grisaille, la famille s'effondre. Le père, accidenté, est paralysé à l'hôpital ; et sa mère, ignoble et désespérée, lui révèle un secret qui signe la fin du monde. Mati reviendra, mais pas son ange, tué par trop de préjugés. Le monde n'a pas compris la pureté de leur intention, leur liberté. La pureté de l'enfance qui s'envole, loin des machinations et des secrets, des racines morbides.


Un roman dur, sombre.

Matti a disparu. Son père part à sa recherche.

Un nouveau roman de Solène Bakowski que je découvre et encore une fois je suis bluffée par son talent pour mettre en scène des enfants dans un thriller et utiliser leur psychologie pour rendre son récit dur, sombre, prenant, difficile à accepter, de les faire sombrer dans quelque chose de difficilement acceptable à cause de non-dits et de peurs légitimes.

Matti, ici est une fillette qui a perdue sa mère et voit son père s'enfoncer dans sa détresse, tous les jours un peu plus profondément. Matti cherche une bouée de sauvetage en écrivant à sa mère. Ses lettres vont l'embarquer dans une histoire simple pour elle d'amitié.

Plus on avance dans le récit, plus on découvre le mal que les adultes et leurs histoires, leurs secrets peuvent faire à un enfant. Le chagrin, l’incompréhension de Matti sont difficiles, on a du mal à comprendre que les adultes soient aveugles et ne voient pas sa détresse. Nous, lecteur, on a envie de l'aider : Solène Bakowski fait nôtres les sentiments, les émotions de Matti. On est mal, impuissant face à la descente aux enfers de cette fillette de 9 ans.
L'épilogue nous laisse sur un lueur d'espoir mais quelle lueur !

Solène Bakowski a un vrai don pour le thriller psychologique impliquant des enfants comme personnage principal. On lit ce roman un nœud au ventre, impuissant devant la détresse de cette enfant et l'aveuglement des adultes.

3 commentaires:

  1. Il a l'air génial ce roman, c'est juste méga tentant quoi !

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant comme présentation et couverture... L'histoire m'interpelle! Je garde en mémoire !

    RépondreSupprimer
  3. Tu me rappelles qu'il faudrait que je lise plus de thriller, moi qui adore ça ! Celui là a l'air hyper sympa !

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!