lundi 22 juillet 2019

Surprends-moi ! Sophie Kinsella



Merci à NetGalley et aux éditions Belfond de cette lecture.

Après Ma vie (pas si) parfaite, la créatrice de l'inoubliable accro du shopping nous offre une nouvelle comédie, pleine de charme, d'humour et de rebondissements, sur un couple bien décidé à pimenter sa vie... pour le pire et surtout le meilleur. 
Dix ans de bonheur sans nuage, deux adorables jumelles, une belle maison et des jobs épanouissants : Sylvie et Dan filent le parfait amour. Jusqu'à ce rendez-vous médical de routine où ils apprennent qu'ils vivront certainement centenaires, soit soixante-huit belles années de vie commune devant eux.
Sept décennies côte à côte ? Une éternité ! Et c'est le début de la panique...

Pour préserver la flamme, le couple lance le projet " Surprends-moi ", fait de cadeaux inattendus, dîners surprises, séances photos sexy... et autant d'occasions de malentendus, aussi drôles que désastreux. Mais les fous rires vont rapidement laisser place à d'étonnantes révélations. Et quand un scandale du passé resurgit, Sylvie et Dan en viennent à se demander : se connaissent-ils réellement ?

Il y a déjà un bon moment que je n'avais pas lu de roman de l'auteur. J'étais donc assez impatiente de me plonger dans celui ci. Le début est du Sophie Kinsella pur avec une intrigue sous forme de boutade : Sylvie et Dan vont chez le médecin, ce dernier leur annonce qu'ils ont 68 ans à vivre ensemble. Ils décident alors de pimenter leur relation. Cette décision a l'effet inverse de celui escompté au départ. Et là, je me suis dit où est passée l'imagination, le piment de Sophie Kinsella.

Elle nous narre une relation de couple assez ordinaire avec ses doutes alors que jusque là Dan et Sylvie sont complémentaires : l'un finit les phrases de l'autre et vis versa.
A ce moment là, j'étais un peu déçue de ma lecture me disant que ce roman n'entrait pas dans le genre des précédents de l'auteur. C'était sans compter le dénouement. Ce dernier rehausse tout le récit.

Je ressors du coup ravie de ma lecture même si j'ai beaucoup douté tout du long que ce roman me plaise vraiment.


jeudi 18 juillet 2019

Princesse blessée J'avais 5 ans, ils ont tué mon enfance. Régina Ubanatu



Merci à Babelio et aux éditions L'Archipel de cette belle découverte.

Nigeria, 1965. Mary voit le jour dans un hôpital de brousse. A 3 ans, alors que la guerre se vit au Biafra, elle est évacuée vers un camp au Gabon. La maladie et la malnutrition ont fait des dégâts: elle ne peut plus marcher. Nul ne pense qu’elle pourra retrouver l’usage de ses jambes. Pourtant, elle montre un incroyable appétit de vivre.
A 5 ans, elle s’envole vers la France : un couple s’est propose de la parrainer. Après une suite d’ope rations et des années de retraduction, une nouvelle vie commence, non loin de sa famille d’accueil, avec ses frères et sœurs blancs.
De sa première enfance, Mary n’a que des souvenirs confus. Coup de tonnerre : a 12 ans, elle de couvre que ses parents vivent toujours, qu’elle a des frères et sœurs noirs et un autre prénom, Regina. Surtout, comme elle n’est pas citoyenne franc aise, l’administration exige son retour au Nigeria, auprès d’une famille qu’elle ne connaît pas et dont elle ignore la langue.
Comment sera-t-elle accueillie? Commence un difficile et courageux retour aux sources, une que te d’identité dont ce livre offre le récit.




Mary se retrouve séparer de sa famille dans un camp d'orphelins. Elle est malade et ne peut pas marcher. A 5 ans , elle est évacuée vers la France pour être soignée.


Ce récit est une histoire vraie, écrite par Mary elle-même alias Régina.

On découvre ici les conséquences de la guerre sur les populations civiles. L'intervention d'organisation extérieures ici encadrées par des religieux et leur sentiment de bien faire alors que rien n'est simple. On retrouve les mêmes travers en France : on est dans les années 60. Régina est dans un institut de soin. Elle est juste une malade et non un être à part entière pour l'institution.

L'écriture de l'auteur est simple et belle. Elle a la simplicité de l'enfance (alors qu'elle a écrit ce récit adulte) . Régina Ubanatu nous touche avec ses mots, son analyse des événements, son courage, sa force, sa détermination à vouloir savoir qui elle est, son angoisse quand la vérité est dévoilée.

On a ici une quête d'identité permanente pour Mary . C'est dur, angoissant pour Mary de ne pas savoir qu'elle est et de trouver sa place.

Un récit plein d'émotions simples, d'une enfance perdue à cause d'une suite d'événements et l'immobilisme de certains. C'est aussi la détermination d'une petite fille puis d'un ado et adulte à aller de l'avant.


mercredi 17 juillet 2019

Le Silence du Serpent Blanc Arnaud Tiercelin



Merci aux éditions Le muscadier Collection Rester Vivant.

Depuis trois ans, dans mon pays, on a un roi. Et on ne parle plus. On ne chante plus. On n’a plus le droit. On murmure à peine quelques mots. Même les oiseaux se taisent. Depuis trois ans, la vie est si triste ici. Et puis, est arrivée Pamina. C’est une nouvelle dans ma classe. Elle est belle et avec elle, je me sens pousser des ailes. Le silence a trop duré. Je veux combattre notre roi.

Un très beau conte.

Thibault vit dans un monde où le silence est la règle. Le nombre de mots à prononcer par jour est restreins. Thibault le vit mal, l'arrivée de Pamina lui donne de l'espoir.

Ce monde de silence a quelque chose d'effrayant et de frustrant. Ces sentiments sont bien retransmis par le personnage principal Thibault.
A côté, il y a un petit goût d'interdit avec ce que se permet Pamina. Il y a aussi de l'aventure et l’envie de braver l'interdit.
On a aussi un côté merveilleux très beau.

La conclusion est simple, belle, enchanteresse.


mardi 16 juillet 2019

Deux femmes dans la tourmente Teressa Messineo



Merci aux éditions Belfond et à NetGalley de cette lecture.

Dans le brasier de la Seconde Guerre mondiale, deux amies infirmières, deux destins, une vocation : soulager, soigner. Après des années de recherches historiques minutieuses, Teresa Messineo signe un premier roman passionnant, poignant de réalisme, et un formidable hommage à toutes ces héroïnes de l'ombre.

Jo et Kay se sont rencontrées à New York au cours de leurs études d'infirmière à la fin des années 1930. Désireuses de partir à l'aventure, les deux jeunes femmes s'engagent aux côtés des Alliés. C'est là que leurs chemins se séparent.

Jo est envoyée sur le front de l'Ouest, en France, où elle doit superviser un hôpital de fortune comptant six blessés : des vies fragiles pour lesquelles elle représente le seul espoir et qu'elle entend protéger jusqu'au bout.

Kay est envoyée à Hawaï. Après une parenthèse enchantée sur les plages de sable blanc, l'attaque de Pearl Harbour signe pour elle le début du cauchemar : prisonnière des Japonais, elle est déportée dans un camp à Manille.

Dans l'horreur des corps mutilés, de la maladie et de la famine, chacune s'accroche à sa vocation, mais aussi à l'amour et à l'amitié, pour trouver le courage de supporter l'insupportable. L'espoir sera-t-il plus fort que la mort ? Que restera-t-il de leur précieux lien après ces années de séparation et de souffrance ?

Le courage de deux femmes face à l'ignominie de la guerre.

Kay et Jo sont amies et infirmières. La guerre va les séparer.

On suit en parallèle les missions de Jo et Kay. Jo est en Europe. Kay  va se retrouver prisonnière des Japonnais.
Deux destins, deux expériences de la guerre et surtout le courage de deux femmes qui vont faire face chacune à leur manière aux atrocités qu'elles vivent.

Ce roman est dur et bouleversant. On sent bien comme il n'est pas simple de vivre, survivre en temps de guerre. Le retour à la vie civile lui aussi est difficile.

lundi 15 juillet 2019

La Boulangère du Diable Hubert Huertas



Merci aux éditions L'Archipel de cette lecture.

1906. Quelques semaines après le vote de la loi sur la laïcité, dans le haut bocage vendéen, un boulanger républicain est maudit par le cure de son village. Son crime ? Avoir hébergé dans sa grange, par un froid polaire, des soldats venus faire l’inventaire des biens de l’Église. Plus personne n’achètera son pain. Il en mourra et sa compagne s’enfuira en Algérie.

Cent ans plus tard, son arrière-petite-fille, elle-même victime de la fureur islamiste en Algérie, se réfugie dans le me me village dont elle devient la boulangère. Des rumeurs l’accompagnent aussitôt, parce qu’elle est algérienne et que le village, derrière son maire, est très a cheval sur la lai cite . Mais elle n’est pas venue la par hasard. Depuis son enfance, sa grand-mère, qu’elle adorait, lui a parle d’une histoire qui a marque sa famille. Une famille vendéenne chasse e de sa région natale au de but du siècle, et dont l’arrière-grand-mère s’est réfugiée « aux colonies ».

Jour après jour, avec l’aide d’un jeune clerc de notaire, la jeune femme replonge dans l’histoire tragique de son aïeul, que extrémisme catholique a conduit au suicide. Son objectif : lui rendre justice...

A partir d’une histoire vraie, Hubert Huertas offre, avec ce suspense ancre dans nos terroirs, tout a la fois un hymne a la vie et un réquisitoire contre les fanatismes.


Secrets de famille avec des enjeux laïques et extrémistes tels sont les thèmes de ce roman.

Nadia fuit l'Algérie où elle a retrouvé sa mère assassinée dans leur boulangerie. Elle part en France d'où sa famille est originaire. Sa venue va raviver de vielles rancunes et secrets.

Il y a un petit côté policier dans ce roman pas désagréable qui nous tient en haleine.
Ce récit est tiré de faits réels. Eh bien; j'ai eu un peu de mal avec ça : comme quoi "la réalité dépasse souvent la fiction". En effet, voir ressortir des événements de plus de 100 ans , alors qu'il n'y a plus aucun protagoniste, il est difficile de comprendre comment les rancunes peuvent passer ainsi de générations en générations.
A côté de ça, le roman va loin dans la malversation : un thème bien de notre époque.

Ce roman est un mélange de présent et de passé historique : on rencontre par exemple Clemenceau.

L'histoire est bien ficelée, j'ai pourtant eu du mal à ne pas décrocher. Je pense que c'est dû au style de l'auteur et à sa manière de mêler le présent et le passé. D'habitude, je n'ai pas de souci avec cette façon de faire, ici ça n'a pas fonctionné pour moi.
Du coup, même si l'histoire est intéressante , je ressors mitigée de cette lecture.


samedi 13 juillet 2019

Timoto cuisine un anniversaire Rémi Courgeon



Merci aux éditions Nathan de cette lecture.

Une nouvelle aventure de Timoto, le petit héros espiègle de Rémi Courgeon
L'histoire : Timoto décide que demain, ça sera l'anniversaire de Papa ! Sa maman a beau lui dire que c'est dans plusieurs mois, Timoto n'en démord pas, demain son papa aura 8 ans. Il prépare donc un gâteau de son invention. Il trouve que vingt minutes pour cuire un gâteau, ça dure vraiment des heures. Quant au cadeau, Timoto, décide de le cacher à l'intérieur du gâteau. Surprise !
Dès 4 ans.



Une nouvelle aventure de Timoto est toujours pleine d'humour et de créativité.

Un texte rythmé qui plaira aux plus jeunes avec ses jolies illustrations qui les enchantera et leur permettra de "relire" à l'infini cet album.


vendredi 12 juillet 2019

Je suis Pilgrim Terry Hayes



Merci aux éditions Audiolib de cette écoute.


Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un père décapité en public sous le soleil cuisant d’Arabie Saoudite. Un chercheur torturé devant un laboratoire syrien ultrasecret. Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l'humanité. Et en fil rouge, reliant ces événements, un homme répondant au nom de Pilgrim. Pilgrim est le nom de code d’un individu qui n’existe pas officiellement. Il a autrefois dirigé une unité d’élite des Services secrets américains. Avant de se retirer dans l’anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d’agent secret va bientôt le rattraper…

Un excellent thriller.

J'ai beaucoup aimé ce roman. L'auteur nous propose une intrigue complexe et passionnante dont les fils se mêlent et s’entremêlent à l'infini ou presque.
Pourtant au départ, ce n'était pas gagné. Le début avec la mise en place des différents personnages  est assez déroutante dans sa construction et on a de plus un sentiment de longueurs parfois.
Dans cette première partie, ce sont les moments passé avec Scott Murdoc qui m'ont le plus intéressé. Le reste est pourtant essentiel pour le reste du récit et sa compréhension. Dommage, que ce début manque de rythme.

L'auteur nous propose une intrigue très actuelle, réaliste sur une menace qui pourrait peser sur l'humanité.

La lecture de Sylvain Agaësse est agréable. Il y a parfois un manque de rythme qui est dû au style de l'auteur et non à la lecture.

Globalement, c'est une très bonne écoute avec quelques petites longueurs surtout dans le début du roman. L'intrigue proposée est des plus intéressante et nous tient en haleine jusqu’au bout.


jeudi 11 juillet 2019

Mon Eden Hélène Duvar



Merci aux éditions Le muscadier Collection Rester Vivant de cette belle lecture.

Erwan a 16 ans et sa s½ur jumelle Éden s’est suicidée. Il souffre terriblement et s’éloigne de sa famille, de ses copains, de son lycée. Terrassé par la culpabilité qui s’ajoute à sa crise d’adolescence, Erwan découvre bientôt le journal intime d’Éden, dont il ne soupçonnait même pas l’existence...

Un très beau roman, bouleversant, fort sur le deuil, le suicide, la culpabilité du survivant, la vie sans son double.

Eden s'est suicidée, Erwan son jumeau, ne comprend pas et s'enfonce dans la dépression.

Ce roman est bouleversant. Le deuil d'Erwan nous touche au plus profond de notre être. On ressent sa peine, on la vit avec lui. Le tout est décuplé par le fait qu'Eden et lui soient jumeaux. Sa manière de nous expliquer ce qu'il ressent donne une grande intensité au roman : ce manque de sa moitié, d'une partie de son être, son impuissance à comprendre et sa détresse. C'est magnifiquement fort et triste.
L'auteur a su nous transcrire parfaitement les sentiments d'Erwan, sa difficulté à survivre, vivre et se reconstruire aussi.

Un magnifique roman sur le deuil, le suicide d'un proche.


mardi 9 juillet 2019

Les Galeries Hurlantes Jean-Marc Dhainaut



Merci à Taurrnada éditions de cette belle découverte.

Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu'elle sait, c'est son âge et qu'il n'aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l'aide.Et si l'origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d'accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d'un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d'hiver, treize ans plus tôt.


Une nouvelle aventure pour Alan Lambin des plus intense et personnelle.

Alan est appelé par un homme qui ne sait que penser des choses étranges qu'il vit avec sa fille.

Ce récit est très intense en événements en révélations pour Alan.

Il y a ici un côté de peur constante, un pré-sentiment que nous vivons avec Alan , troublant et addictif. De plus, on a toujours cette dualité chez Alan qui croit aux fantômes tout en posant des limites . Il est souvent ébranlé par ce qu'il découvre et dans ce nouvel opus encore plus que dans les précédents.
De plus, ce tome nous ouvre tout un tas de portes pour les prochaines aventures d'Alan où la tristesse, la peur sera présente comme déjà ici mais en plus intense je pense. Ceci nous promet encore de belles aventures pour notre héros.

J'ai adoré ce tome qui est à la fois une nouvelle quête pour apaiser un esprit pour Alan et quelque chose de très personnel pour ce dernier. J'ai hâte de découvrir la suite.


lundi 8 juillet 2019

Un second souffle R.S Grey



Merci aux éditions JC Lattès Collection &moi de cette belle lecture.

Deux mois plus tôt, Abby n’avait guère de perspectives d’avenir. Mais désormais, avec un cœur tout neuf, elle a une seconde chance, et elle compte bien en profiter. Quoi de mieux qu’un road trip pour découvrir le monde et faire de nouvelles expériences  ? Si elle avait l’intention de partir seule, c’était sans compter l’irruption de Beck. Drôle, spontané, irrésistible  : avec lui, le voyage pourrait bien prendre une nouvelle tournure.

Un roman de courage, de vie, d'espoir.

Abby vient d'être greffée du coeur. Elle veut faire un road trip et profiter. Elle rencontre Beck et part avec lui.

Coup de foudre, deuil, survie, envie de profiter, espoir, amour sont les thèmes de ce roman (et plus encore).

C'est une magnifique histoire, pleine de doutes, d'espoir, d'envie de vivre comme les autres. Il y a aussi un côté sombre avec la peur, le deuil, la maladie.  RS Grey réussit avec brio ce mélange, on se régale à chaque ligne.

J'ai adoré le personnage d'Abby avec ses doutes, ses peurs et son envie d'aller de l'avant, de vivre comme tout le monde. Beck m'a rendu méfiante au départ mais à tort, il a un magnifique coeur.


C'est un roman simple et tellement beau qu'il nous fait vibrer.

vendredi 5 juillet 2019

Les Maccoy Bonus Dans les yeux de Caleb Alexiane Thill




Riam, m'eudhail - À jamais, mon amour

L'Ogre. Voilà le surnom qui colle à la peau de Caleb MacCoy depuis des années. Depuis cette terrible nuit où son destin a basculé. Désormais, sa voie est toute tracée : protéger son Clan, en tentant de sauver ce qu'il reste de son honneur.

Mais tout change lorsqu'il pose les yeux sur une Française aux yeux d'acier. Une inconnue, mais dont le nom familier réveille en lui les échos du passé. Phèdre MacLeod... La seule femme qui lui soit interdite.

Par un concours de circonstances, il se voit contraint d'en revendiquer la tutelle et de la faire venir sur l'île d'Inchkeith, le territoire de son Clan. Tiraillé entre les alliances qui garantissent la sûreté des siens, les sentiments qui naissent en lui et sa culpabilité, Caleb pourra-t-il éviter le drame ?



Retrouvez les scènes capitales du tome 1 des MacCoy, "L'Ogre et le Chardon", du point de vue de Caleb, ainsi que de nouveaux passages inédits !

La lecture de ce bonus est conseillée entre les tomes 1 et 2 de la série.


Un petit bonus gratuit avec le point de vue de Caleb.

Attention, il faut le lire après le premier tome.

Après la fin du tome 1 et ses révélations, j'étais très curieuse de lire le point de vue de Caleb. Je suis très surprise de mon ressenti pour ce dernier ayant émis des réserves sur lui tout au long de ma lecture du premier opus.
J'ai apprécié découvrir , dans ce récit, le vrai Caleb et pas seulement celui que voit Phèdre. On découvre un homme moins froid qu'il n'y paraît, un homme torturé, un homme qui se trouve dans une situation inextricable.

J'ai trouvé ce bonus des plus intéressant et passionnant : avoir le point de vue de Calen change mon ressenti global du premier tome.


jeudi 4 juillet 2019

Menteur, Quel menteur ! Hubert Ben Kemoun



Merci aux éditions Nathan de cette découverte.

 Alvin est tétanisé : la maîtresse a convié son père à venir parler de son travail devant la classe. Sauf que son père n'est pas pompier ou justicier ! Il est jardinier, et c'est la honte... Et s'il disait à ses camarades que ce n'est pas son vrai travail, mais seulement une couverture ? Qu'en fait il écrit en secret des paroles de chansons pour des chanteurs hyper célèbres et qu'il est même doublure de cinéma ? Juste un tout petit mensonge... 
Dès 10 ans.

Un très beau roman sur le mensonge et la fierté de ce que l'on accomplit.


Le père d'Alvin doit venir parler de son métier de jardinier dans sa classe. Alvin a honte et invente un métier secret à son père.

Ce roman est pour les jeunes lecteurs dès 10 ans, il plaira aux jeunes ados car ils s'identifieront sans problème à Alvin, à sa peur, sa honte d'être ordinaire, d'avoir des parents "ordinaires".

J'ai beaucoup aimé la manière dont Alvin s'enfonce dans ses mensonges : un de plus , et encore un, toujours en allant plus loin.
La fin m'a aussi énormément plu par la façon dont l’auteur tire de ce récit une jolie leçon de morale.



mercredi 3 juillet 2019

Bilan lectures de juin 2019



Ce mois ci, j'ai lu :



Un petit bilan, une semaine de lecture bien remplie et les autres bien moins !
La dernière semaine et la chaleur, l'envie de lire n'était pas là.

Et vous, quel est votre bilan ?


mardi 2 juillet 2019

Je voulais être libre Claire Gratias



Merci aux éditions Le Muscadier Collection Rester Vivant de cette belle lecture.

Pourquoi Manon, 16 ans, réputée pour être une fille très sage, s’est-elle enfuie de chez elle un soir de juin ? Pourquoi sa mère a-t-elle attendu si longtemps avant de signaler sa disparition ? Pourquoi Salomé, qui était pourtant sa meilleure amie, n’a-t-elle plus aucune nouvelle d’elle ? Et pourquoi Valentin ne veut-il pas révéler jusqu’où il a accepté d’aller par amour pour Manon ? Si chacun confie ce qu’il sait, peut-être percera-t-on, au final, l'énigme de cette étrange disparition – celle d'une jeune fille qui rêvait juste d’être elle-même, en toute liberté.


Un très beau roman dramatique.

Manon est élevée avec des règles très strictes. Grâce à son amie Salomé, elle arrive à vivre des choses de son âge en cachette. Mais voilà, à 16 ans, elle s'enfuit.

J'ai beaucoup apprécié le thème de ce roman : l'éducation sévère, stricte et ses conséquences dans une société comme la nôtre où la liberté de chacun est de mise.
Il y a aussi en plus un côté polar, mystère autour de ce qui est arrivé à Manon, et pourquoi sa mère n'a rien dit pendant des mois.

La narration est plurielle : on a les points de toutes les personnes qui ont été en contact avec Manon.

Le récit est passionnant, prenant, difficile de décrocher.
On se rend compte que la liberté a un prix , qu'il est difficile pour un ado de se sentir vivant avec des règles strictes.

Un excellent roman, mêlant les envies des ados : une envie de vivre ses propres expériences et le polar.



lundi 1 juillet 2019

C'est Lundi. Que lisez-vous ? (354)



La semaine passée, j'ai terminé :


J'ai lu ensuite :



Je lis :


J'écoute toujours :



Et vous, que lisez-vous ?

Durant l'été, le blog sera en semi pause. je ne ferais plus de "C'est Lundi." et vous ferez un bilan globale en septembre. Des chroniques paraîtront de temps à autre sur le blog.

jeudi 27 juin 2019

Les Fauves tome 3 Rédemption Manon Toulemont



Merci  VFB éditions de cette lecture.

Le Dôme a été fracturé. C'est une situation inédite que vivent les citoyens d'Oxalis : pour la première fois de leur histoire, l'opportunité leur est offerte de franchir volontairement la barrière qui les sépare de l'Extérieur. Si la rencontre de ces deux mondes plonge dans l'effroi la majeure partie de la population, certains marginaux souhaitent au contraire en profiter pour s'extraire de l'emprise du système et se confronter aux dangers de la liberté. Catherine Darseau, brisée par l'exil de son fils Nathaniel, décide de se joindre à ces pionniers avec l'espoir de retrouver son enfant. Elle ignore les menaces et les désillusions qu'il lui faudra surmonter alors qu'une meute de Fauves, dirigée par une reine sanguinaire, vient de se former dans la région. Complots, trahisons, jeux de pouvoir et ambitions insensées feront autant de victimes que les bêtes sauvages sous le soleil impitoyable de l'Extérieur. Pour ceux qui survivront, la route sera encore longue avant d'accomplir leur quête de rédemption.


Un troisième tome où l'extérieur d'Oxalis s'organise.

Un tome de transition pour moi. On suit en parallèle la mère de Nathaniel Catherine et ce que vit son fils.
Pour Catherine sa quête de son fils est une manière de se racheter.

On a ici beaucoup de conflits, de rebondissements avec les différents groupes de l'Extérieur qui s'affrontent pour survivre et s'organiser. Le tout avec ce côté sombre de l'homme qui est ici présenté comme un animal féroce et aussi sociable. On est à mi-chemin entre un comportement bestial et humain.

Je dis plus haut que ce tome est un tome de transition. En effet, je trouve que l'on est encore loin de comprendre comment cette société va finir par se réorganiser avec tous les événements des tomes précédents. Comme vous le pressentez, j'ai un peu moins aimé ce tome que les précédents.