samedi 4 août 2018

La famille trop d'filles Le bonheur selon Dana Susie Morgenstern Clotka


Merci aux éditions Nathan de cette belle lecture.

Une nouvelle aventure de la famille trop d'Filles sur la difficulté de vivre loin de ses parents
L'histoire : Les sept sœurs et frère de la famille Arthur n'ont pas trop le moral en ce moment. Ils ont un super baby-sitter et des grands-parents de rêve, mais... ça ne remplace pas des parents ! Dana, la clown de la fratrie, est décidée à leur redonner le sourire... Haut les cœurs ! 


Il pleut. Il fait gris. Tout le monde est triste. Dana essaie d'égayer la journée.

Un nouvel opus de la série "La famille trop d'filles" plein de tendresse, d'union fraternelle, touchant aussi à un sujet plus grave : l'absence des parents. Dan est là pour trouver une idée pour les remplacer 😉.

On a ici une fratrie soudée, beaucoup d'entraide : ils sont là les uns pour les autres. L'absence de leurs parents pèsent sur l’atmosphère du weekend.

Il y a du rythme, du "soleil" dans ce petit roman et aussi un brin de nostalgie.
La grande question qui ressort ici est : Est ce mieux d'avoir des parents absents très souvent  ou trop présents ?

Cet opus touche à un sujet plus grave que les tomes présents : l'absence des parents. Il est aussi agréable à lire que ces prédécesseurs.


vendredi 3 août 2018

Menu fille ou menu garçon Thierry Lenain Catherine Proteaux-Zuber



Merci aux éditions Nathan de cette découverte.

Un classique sur l'égalité filles-garçons !
L'histoire : ​Au Hit-Burger, des cadeaux sont offerts avec le menu enfant : des poupées pour les filles et des fusées pour les garçons. Mais si les filles veulent des fusées avec leur menu, alors ? 


Un roman sur le droit d'aimer ce que l'on veut que l'on soit une fille ou un garçon.

Léa veut manger un Hit-Burger. Son père déteste ce qui est commerciaux et en plus aujourd’hui, il y a un menu fille ou garçon.

Un petit récit qui parle de sexisme aux tout petits et aux jeunes lecteurs. Le récit aborde simplement le sujet par le choix d'un jouet, c'est très bien fait .


Plastique Apocalypse Arthur Ténor



Merci aux éditions Le muscadier Collection Rester Vivant de cette belle découverte.

À l’origine, le Plastivorax était une formidable avancée en biotechnologie. Côté pile, on allait traiter sans résidu ni pollution tous les déchets en plastique de la Terre. Côté face, son inventeur empocherait des milliards de dollars. Mais c'était sans compter avec le petit détail qui tue. Une broutille que refusa de voir cet apprenti sorcier qui croyait tout maîtriser, jusqu’aux lois de la nature. Résultat : rien moins que la fin du monde – enfin... tel que nous le connaissons.


Un beau roman jeunesse, passionnant.

Le père d'Alexandre et son équipe ont produit une bactérie détruisant le plastique pour traiter le pollution qu'engendre les déchets en plastique. Rien se passe comme prévu, l'apocalypse est enclenchée.

Un roman jeunesse sur un sujet très actuel : la pollution et les déchets. On a aussi ici notre dépendance à ce matériau qu'est le plastique et aussi notre dépendance à Internet.

L'histoire est simple, captivante, portée par un personnage Alex, un ado dont les analyses de la situation, sa manière de réagir sont des plus intéressantes. Il ne baisse pas les bras et avance.
La conclusion est une belle leçon, une analyse simple de notre société actuelle et de son avenir.

C'est le premier roman d'Arthur Ténor que je lis . Je suis tombée sous le charme de sa plume addictive et de son univers. Arthur Ténor est un auteur originaire du département où je vis, je vais maintenant regarder de plus prêts ses écrits.

Un roman apocalyptique passionnant avec un joli message sur notre société.



NB: Clin d’œil à une phrase du roman "Quand toutes les centrales auront explosé, il ne restera plus que la Bretagne et l'Auvergne d'à peu près habitables." page 40 . Eh bien je reste dans ma belle région qu'est l'Auvergne 😉.


jeudi 2 août 2018

Les apprentis chercheurs La mer a disparu Hélène Montarde Laurent Audouin



Merci aux éditions Nathan de cette découverte.

Un roman à suspense pour une grande enquête scientifique sur la marée, à lire dès 7 ans
L'histoire : 
Matt et Lisbeth sont en vacances en France avec leur oncle Philibert, au bord de la mer. Alors qu'ils gravissent une dune qui les sépare de la plage, une surprise les attend : la mer a disparu ! À sa place, une étendue de sable à perte de vue... Rien à voir avec les marées basses qu'ils ont vues les premiers jours. Que s'est-il passé ? La région serait-elle victime d'un sortilège ? 

Lisbeth et Matt sont en vacances à la mer quand cette dernière disparaît.

Un récit entre conte et explications scientifiques simples.

La première moitié ressemble à un conte et une chasse au trésor. la mer a disparu laissant derrière elle  de nombreux objets.
La dernière partie sont des explications simples sur le pourquoi de la disparition de la mer.

C'est très bien fait, le lecteur vit une belle aventure en même temps que nos deux héros.
Le jeune lecteur va apprécier  le côté magie, mythe de la première partie et se passionner pour les explications rationnelles, scientifiques de la seconde.

De nouveau un excellent opus pour cette série Les apprentis chercheurs qui mêle aventure et explications scientifiques.


Les prières de sang Jean-Marc Dhainaut



Merci à Taurnada éditions de cette découverte.

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire… 

Un roman paranormal intense.

On retrouve Alan notre "chasseur de fantômes" rencontré dans "La maison bleu horizon" . Il est accompagné ici pour son enquête par son assistante Mina. Et quelle enquête !

Jean-Marc Dhainaut va loin ici dans ce qui est des énergies résiduelles, dans les présences paranormales. Le roman en est haletant, souvent intense. On frissonne, on tremble avec Alan et Mina.

L'enquête d'Alan et Mina dans le monastères est complexe, intense en événements. L'auteur joue avec les personnalités de nos héros pour démêler ce qu'ils perçoivent.  Il en profite aussi pour rapprocher nos deux personnages. Ce point adoucit le roman et nous fait nous attacher encore plus à Alan et Mina.

Comme pour le précédent opus, j'ai adoré la fin , elle est très belle : rien n'est dû au hasard 😉.

Un excellent roman sur les phénomènes paranormaux avec deux personnages un brin atypique .


mercredi 1 août 2018

Bilan lectures de juillet 2018



Ce mois ci, j'ai lu :



Je suis contente de ce bilan, de belles découvertes pour la plupart.
Malgré beaucoup de dossiers administratifs à faire pour préparer septembre au début du mois puis la chaleur qui me donne envie de dormir et des migraines sans oublier les séances de kiné qui prennent du temps, j'arrive à lire un peu en faisant du vélo pendant les séances  😃, je suis arrivée à lire pas mal  surtout lors des dernières semaines.

Et vous, quel est votre bilan ?

Là où tu te perdras tome 1 Ena L



Merci aux éditions Sharon Kena de cette belle découverte.

Lane City, camps de formation des Marines Américains. La violence, la sueur et les humiliations. Un beau Lieutenant, sombre et impitoyable. Un jeune soldat fragile aux motivations mystérieuses.
À plusieurs centaines de kilomètres de là : l’université de Sudderland. Une arrogante jeune femme à la beauté glacée et au tempérament volcanique. Une vie confortable, un fiancé aimant, la gloire et les honneurs.

Deux univers opposés, que la disparition du jeune soldat va brusquement rassembler. Car Sharon n’hésitera pas à s’engager chez les Marines pour rechercher son jumeau, présumé déserteur. Confrontée à la fois au milieu machiste militaire, à un Lieutenant sans pitié, ainsi qu’aux dérangeantes et dangereuses vérités concernant son frère, Sharon sera-t-elle capable d’achever sa quête sans y laisser son âme ou sa vie ?

Un roman original par son décor.

Sharon est désespérée : son frère jumeau Steven a disparu. Elle va suivre ses traces en intégrant l'armée.

Un personnage et quel personnage avec Sharon. On la déteste autant qu'on l'aime.
Elle est exécrable, ne prendre aucune pincette, elle est brute dans ses propos et son attitude avec les autres. Elle est aussi courageuse, tenace. Elle sait ce qu'elle veut.
Au départ, c'est un peu difficile d'accrocher avec cette jeune femme au franc-parler qui rentre dans le lard de tout le monde. Sa ténacité à vouloir comprendre pourquoi son frère ne donne pas de nouvelles est impressionnante. On l'admire pour ça.
Le tout au milieu d'un terrain, un décor peu habituel : un camp de recrutement pour Marines.

Un petit bémol à cette lecture: des chapitres longs, très longs parfois qui auraient pu à mon sens être découpés facilement.

Un roman original par son décor, un camp de Marines et par son personnage principal Sharon, une jeune femme à la fois exécrable et admirable.


mardi 31 juillet 2018

Les grandes années Le manoir de la peur Gaël Aymon Elodie Durand



Merci aux éditions Nathan de cette découverte.

Les aventures d'une bande de copains mixte, de tous les milieux et de toutes les origines.
L'histoire : Les jumelles Ysée et Luce ont trouvé le code pour déverrouiller la tablette de leurs parents ! Surexcitées, elles préviennent Oscar, Edvin et Ness qu'ils vont pouvoir regarder tous ensemble (en cachette) Le manoir de la peur, une série d'épouvante. Mais Luce n'est plus trop sûre de vouloir voir cette série... C'est plus sympa de jouer, non ? 


On retrouve ici avec grand plaisir nos jeunes héros de la série "Les Grandes années".

Ness est la narratrice et nous raconte comment l'interdit peut être tentant pour se sentir plus grand. Luce, elle n'a pas envie de grandir et de devenir "idiote".

Un roman premières lectures sur le thème de l'enfance de la peur de grandir mais aussi vouloir faire le grand en bravant les interdits. Il se dégage aussi ici beaucoup de tendresse.

Un roman de la série "premiers romans" qui plaira au public concerné 7-11 ans sans aucun doute pour le côté amitié et ils se reconnaîtront dans les thèmes évoqués.


Leah à contretemps Becky Albertalli



Merci à NetGalley et aux éditions Hachette Romans de cette lecture.


Moi, c’est Leah. Leah Burke. (Semi-)pro de la batterie. Gribouilleuse clandestine. Meilleure amie du choubidou du lycée, mon best bro, le démolisseur d’Oreos, j’ai nommé  : Simon Spier. C’est notre année de terminale, la dernière ligne droite avant la fac. Alors, forcément, tout part en vrille.
 
Le couple insubmersible formé par Abby et Nick est en train de prendre l’eau. Je me suis fâchée avec des filles que je connais depuis la maternelle. Et plus le temps passe, plus j’ai l’(affreuse) impression que notre pote Garrett veut sortir avec moi. Il est mignon. Adorable. Prévenant. Le genre de mecs que n’importe qui aimerait avoir comme cavalier au bal du lycée.
 
Mais pas moi. Ah oui, je ne vous l’ai pas dit  ? Paraît que j’adore me compliquer la vie… 

Cet opus est consacré à Leah, meilleure amie de Simon. Cette dernière se découvre être bi.

Love Simon ne m'a pas plus enthousiasmé que ça contrairement à la majorité des lecteurs. Avec ce second dont je n'attendais rien de particulier, je suis dans le même état d'esprit : bien sans rien de transcendant.

Ce qui m'a le plus gêné ici, ce sont les tergiversations permanentes de Leah. Au début, on les comprend mais à la longue ça devient lassant.  Au bout, d'un moment il faut avancer ! et pendre le taureau par les cornes.
Leah étant la narratrice, c'est encore plus embêtant de la voir en permanence doutée : elle hésite , fait du surplace.
Heureusement qu' Abby est là !  et aussi Simon.
A part ce point, c'est globalement une bonne lecture.

Une lecture agréable sur la bisexualité sans rien de transcendant.


Souvenirs effacés Arno Strobel



Merci aux éditions L'archipel de cette découverte.

Et si vous aviez été rayée de la mémoire de vos proches ?
 
L’enlèvement de son fils... Sa fuite nocturne a travers le parc... Le coup sur la tête... A son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine.
Étrangement, le médecin a son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle.

Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’a son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.
A qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ?
Avec 
Souvenirs effacés, le thriller qui l’a propulse au premier rang des maîtres allemands du suspense, Arno Strobel signe un roman qui vous fera douter de tout, jusqu’au bout.

Un thriller haletant avec cette question permanente : qui croire?

Sibylle se réveille de son coma et veut retrouver son fils. Le médecin lui assure qu'elle n'a pas d'enfant. De plus, son mari ne la reconnaît pas.

Un roman qui joue sur la confiance : confiance en soi, aux autres , sur qui croire?

Que sont ces flash-back dont Sibylle est victime?  A qui doit-elle faire confiance, seule face à ses doutes et ses certitudes ? Voilà les questions qui nous tiennent en haleine tout au long de notre lecture.

Jusqu'au final comme Sibylle , on a bien du mal à savoir qui sont ses amis, ses ennemis. Sibylle est-elle folle ? A-t-elle une mémoire défaillante ?

L'auteur va loin sur le sujet de l'entraide, de la confiance. De plus, il nous mène de lieu en lieu ce qui donne un rythme effréné au récit en plus du suspense.

Un excellent thriller, on doute jusqu'au bout, on ne sait pas à qui faire confiance, ni qui croire !


lundi 30 juillet 2018

C'est Lundi. que lisez-vous ? (310)


La semaine dernière, j'ai terminé :


J'ai lu ensuite :



J'écoute toujours :



Je lis :


Ma prochaine lecture sera sûrement :



Et vous, que lisez-vous ?