samedi 22 décembre 2018

Crimes et Fantômes de Noël 12 nouvelles angoissantes


Convier spectres et assassins au traditionnel festin de Noël ? Se réunir autour du pied du sapin pour entendre une histoire à dresser les cheveux sur la tête ? Pourquoi donc mêler, à ces moments de bonheur familial, tant de récits effrayants ?
C’est un fait, depuis Charles Dickens, le conte horrifique de Noël est devenu presque aussi rituel que la bûche et les cadeaux. Il traduit la noirceur des nuits les plus longues de l’année, traversées de vents hurleurs que les ombres projetées par les flammes dans l’âtre rendent plus inquiétantes encore... Il est si bon de se faire peur, au coin d’un feu de bois !
Composée par Jean-Pierre Croquet, romancier et spécialiste de littérature fantastique, cette anthologie rassemble douze histoires angoissantes signées Charles Dickens, Arthur Conan Doyle, Erckmann-Chatrian, Robert Louis Stevenson, Sheridan Le Fanu, Gaston Leroux ou Thomas Hardy. D’autres nouvelles criminelles, issues de la plume de Saki, W.W. Jacobs ou Edith Nesbit, constituent d’agréables découvertes.


Un recueil de nouvelles sur cette belle période qui la rende angoissante.

Le mot Noël nous fait espérer quelque chose où la magie de Noël opérerait, là c'est tout l'inverse.  Il y a un côté déstabilisant à décrire des crimes comme des contes. On n'est pas dans le merveilleux mais dans l'horrifique ici.
De plus, ce recueil est composé de nouvelles écrites par des auteurs qui ont vécu il y a 100 ans et plus. Le style de chaque nouvelle est donc classique ce qui a mon sens augmente le paradoxe entre Noël, moment merveilleux et les scènes que l'on a ici.

J'ai aimé retrouve la plume de Gaston Leroux, Dickens, Stevenson et Conan Doyle pour les autres je les ai découvert ici parfois avec un peu de mal.
Je n'ai pas apprécié les nouvelles de la même façon comme c'est souvent le cas dans ce genre.

Globalement ça a été une bonne lecture mais sans plus.


vendredi 21 décembre 2018

Quand tu descendras du ciel Gabriel Katz



Merci aux éditions JC Lattès de cette lecture.

Benjamin Varenne, un beau gosse acteur raté ou plutôt qui n’a pas encore percé, enchaîne les castings foireux et les jobs alimentaires. Pendant la période des fêtes, il fait office de Père Noël au Printemps. Débarque une petite bombe aux longs cheveux, encadrée de deux gardes du corps. Elle minaude ouvertement et exige un selfie avec le Père Noël.
De fil en aiguille, le Père Noël se retrouve dans le lit de la belle, dans un luxueux appartement du XVIe, les gardes du corps sagement parqués dans le salon. Avant de s'endormir, la princesse le prévient : il doit mettre son réveil à 6 heures et disparaître. Manque de chance, le portable n'a plus de batterie. Et Benjamin émerge trop tard. Il tombe nez à nez avec une mamie revêche qui l'insulte dans une langue inconnue - genre pays de l'est- en le braquant avec un énorme pistolet. S'ensuit un règlement de comptes de gangsters et notre Père Noël, paniqué, n’a d’autre choix que de fuir. Car la mamie flingueuse est en fait la mère du petit ami officiel, un caïd albanais qui va tout faire pour se venger selon le principe albanais du kanun.

Un thriller encore plus désopilant que son prédécesseur "N'oublie pas mon petit soulier"

(Les deux romans peuvent se lire séparément)

On retrouve Ben, toujours aussi dragueur et qui ne sait pas se mettre en avant pour séduire sans enjoliver la vérité. On aurait pu croire que ses précédentes aventures lui auraient servi  de leçons : que n'est ni.
Du coup, en tant que lecteur on se dit qu'il va arrêter l'escalade des mensonges à un moment : eh bien non !
On retrouve donc des scènes cocasses de ce fait alors que la situation ne l'est pas vraiment.
Le retournement de situation final m'a beaucoup fait sourire. Il arrive à un moment où l'on se dit que Ben ne va pas pouvoir se sortir d'affaires, cette fois. L'auteur a su trouver le petit quelque chose, dans le style des histoires que raconte Ben, pour aider ce dernier à faire face la tête haute. Ce point rajoute à l'humour qui se dégage du récit et nous fait voir d'un autre œil le reste du roman.
Chapeau à Gabriel Katz de nous balader comme ça  avec ce côté complètement déjanté de l'histoire alors que l'on est dans un thriller et que l'on devrait frissonner.

J'ai de nouveau passé un très bon moment avec cet opus. Il me semble que j'ai encore plus souri que pour le précédent.


jeudi 20 décembre 2018

Paris by Night Robyne Max Chavalan



Merci aux éditions Hugo Roman de cette belle découverte.

Cinq nuits, cinq sens... une passion ? 

Circée est danseuse au Night Birds, un cabaret parisien parmi les plus réputés. Son métier : faire rêver, la nuit, sous la lumière artificielle des projecteurs...

Mais lorsqu'un homme mystérieux vient l'observer à chacune de ses représentations, son monde bascule. Surtout lorsqu'il se décide enfin à l'aborder et lui propose de passer cinq nuits blanches avec lui. Cinq nuits, pour explorer chacun des cinq sens... et découvrir qui elle est vraiment.

Un roman étonnant dans sa sensualité avec en plus une pointe de mystère.

Paris est danseuse dans un night club.
Régulièrement, l'Homme est là dans le public. Paris est troublée et sent qu'il vient pour elle. Qui est-il ?

Beaucoup de mystère autour de l'Homme, Adam au départ et aussi sur le passé de Circée, Paris.

La narration alterne le point de vue des deux personnages. Elle accentue le côté mystère de leur relation au début puis de la mise en scène d'Adam et de son passé.
Pour Adam, l'auteur nous donne assez vite des brides d'informations. Pour Paris, les explications viennent un peu plus tard. L'auteur a su parfaitement jouer avec la part de non-dits de ce récit et nous donner juste ce qu'il faut quand il faut pour que l'on soit accroc à son histoire.
Du côté de Paris, on est intrigué : on veut comprendre pourquoi elle a une telle attitude, on ressent son désarroi face à une partie de son passé.

Beaucoup de tension ressort de cette intrigue et à côté, l'auteur nous propose une grande sensualité faisant interagir les 5 sens dans les scènes érotiques de manière très pudique et sensuelle. Cette sensualité est très originale et porte elle aussi une aura de mystère. Je vous laisse découvrir par vous-même ce qu'il en est.

Une romance originale par son contexte et la mise en avant des 5 sens dans une relation ainsi que la part de mystère qui entoure le passé de nos deux héros.


mercredi 19 décembre 2018

N'oublie pas mon petit soulier Gabriel Katz



Merci aux éditions JC Lattès de cette découverte.

Benjamin Varenne est comédien. Beau, drôle, célèbre... enfin presque. Le temps que sa carrière décolle. En attendant, il accepte un job de Père Noël aux grands magasins. Selfies avec enfants diaboliques, musique pourrie, chaleur étouffante... l'enfer sur terre. Victoire, sublime brune au caractère tempétueux, semble être l'apparition divine qui pourrait l'en extirper. Léger bémol : elle est mariée à un mafieux albanais, qui ne plaisante pas avec le code d'honneur. Vraiment pas. Happé dans un engrenage de luxe et de violence qui le dépasse, Benjamin va devoir improviser. Et, contrairement à ce qu'il pense, ce n'est pas ce qu'il fait de mieux. Des palaces parisiens aux îles paradisiaques du golfe de Thaïlande, il ne risque pas d'oublier ce Noël. Et vous non plus.

Un thriller désopilant.

Ben, acteur, fait le Père Noël dans un centre commercial parce qu'il faut bien nourrir son homme. Une jolie brune Victoire fait un selfie avec lui, débute pour Ben un enchaînement de péripéties.

Un récit où l'humour est présente derrière chaque phrase et pourtant nous sommes dans un thriller avec des gangsters.
L'auteur utilise l'humour et le caractère légèrement soupe au lait de Ben pour alléger un récit qui pourrait être bien plus sombre. Au départ, on pourrait presque croire que nous sommes dans un conte de Noël. Un sentiment d'aventures hors norme reste tout au long du roman. De plus, Ben cache bien sa peur avec de la dérision.
Ce style est désopilant. On se prend au jeu et on sourit souvent même devant des situations qui ne devraient pas nous faire sourire : un peu de légèreté dans un monde de brutes.

De plus, on se pose souvent la question au long de la lecture : quelle pourra être la fin de cette histoire, où est la vérité, où est le coup monté.

Si vous avez envie d'un thriller et d'une lecture pleine d'humour, ne passez pas à côté de ce roman.


mardi 18 décembre 2018

Et puis soudain Aimer tome 4 Laura S Wild



Merci aux éditions Hugo Roman de cette belle lecture.

Lia a enfin découvert l'identité de son bourreau et Robin en a payé le prix. Blessés aussi bien physiquement que psychologiquement, l'un et l'autre doivent désormais se remettre des événements traumatisants qu'ils ont vécus, pour enfin mettre leur lourd passé derrière eux et obtenir ce qu'ils ont toujours voulu. 

Grandement fragilisés, Chris, Matt, Maria, Taylor et tous les autres tentent eux aussi de remonter la pente, mais le poids des épreuves qu'ils ont traversées les entraînent vers le fond. Trahisons inattendues, vieux démons et nouveaux départs signeront-ils la fin de leur petit groupe autrefois si soudé ? Jamais le trio fusionnel formé par Lia, Chris et Matt n'a été mis à aussi rude épreuve... 

Pour tous, le chemin vers le bonheur s'annonce semé d'embûches. 

Et puis enfin, pourront-ils s'aimer ? 


Un quatrième tome fort en émotions, encore plus que ce à quoi je m'attendais!

Laura S Wild m'a étonnée avec ce dernier opus. Avec le mot "Aimer " dans le titre, je pensais que ce tome serait relativement calme pour Lia et ses amis. Et bien, c'est tout le contraire. L'auteur n'épargne rien à son héroïne. De nombreux moments difficiles attendent encore Lia dans ce tome. Elle doit faire face à beaucoup de choses pour mieux repartir en suite.

L'auteur nous fait vivre des moments forts en émotions, elle n'épargne pas nos pauvres cœurs.
On a souvent peur pour lia et sa bande. Je me suis souvent dit que l'auteur était dur avec Lia qui doit faire face à bien des tourments.

La fin est très belle et positive 😉.
La lettre de l'auteur en fin de roman à son personnage principal est émouvante. On sent que Laura S Wild a mis une grande part d'elle-même dans ce récit : on n'en doutait pas, la lettre le confirme juste.

Une très belle saga qui s'achève sur un tome encore fort en émotions .


lundi 17 décembre 2018

C'est Lundi. Que lisez-vous ? (329)



La semaine passée, j'ai terminé :


Un thriller bouleversant, ma chronique ici.

J'ai lu ensuite :



Ma lecture en cours :




Ma prochaine lecture sera surement :



Et vous, que lisez-vous ?