mardi 19 février 2019

Respire Irène Cao



Merci aux éditions JC Lattès de cette découverte.

Il lui suffit d’un instant pour se rendre compte que sa vie n’est pas parfaite et découvrir que Sebastiano, l’homme pour lequel elle a renoncé à son rêve de devenir danseuse étoile, n’est qu’un menteur. Aussi, pour oublier immédiatement la trahison, Bianca choisit de suivre son instinct comme elle ne l’a jamais fait et d’écouter son corps. Au diable cette existence, le moment est venu de changer les règles du jeu  : elle achète un aller simple pour Ibiza où sa mère – morte quand elle était petite – a passé l’été le plus heureux. Son cœur lui dit que c’est le bon endroit pour se retrouver. En effet, l’air incomparable de cette île est un baume qui régénère l’âme et parvient à transformer ce rigoureux professeur de danse classique en une nouvelle femme, désireuse de séduire et, pour la première fois, d’explorer une autre dimension des sens. Sur le podium d’une discothèque, Bianca laisse ses boucles se désagréger  ; avec ses yeux bleus comme la mer des Baléares, elle se sent finalement libre de suivre le rythme du désir et de partir à la conquête des sentiments… jusqu’à ce qu’elle croise le sourire chaleureux et envoûtant de Mattia qui, attendant d’obtenir quelque chose en plus de sa part, l’amènera à s’abandonner à l’irrésistible alchimie des sentiments passionnés.
Avec le succès international de sa trilogie érotique, Irene Cao apporte de nouvelles tonalités à cette littérature  ; elle nous rappelle, à travers ce roman, qu’il est toujours possible d’apprendre à croire en l’amour, le vrai, celui qui fait à la fois vibrer le corps et le cœur.

Bianca a renoncé à son rêve d'être danseuse de balai pour l'amour de Seba. Quelques années plus tard, c'est la déception.

La première partie du roman m'a fait froncé les sourcils plus d'une fois : "qui est le plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ". Cette phrase s'applique bien à Bianca et ce qu'elle vit. Du coup, j'ai eu un peu de mal avec ce début de roman.
La deuxième partie sur l’île d'Ibiza et la fin m'ont bien plu surtout la fin qui est belle, dure, émouvante.  Dans cette deuxième partie, Bianca se remet en cause et surtout redécouvre la vie, le plaisir. Elle va aussi devoir faire face à un gros bouleversement.

La plume de l'auteur est très agréable, entraînante, fluide. Le roman se lit très vite.

Une bonne lecture avec un petit côté morose pas désagréable. Une fin émouvante clôture ce roman.


3 commentaires:

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!