vendredi 15 mars 2019

Les Invisibles de la République Salomé Berlioux Erkki Maillard



Merci aux éditions Robert Laffont et à Babelio de cette lecture.

Ils s'appellent Gaëlle, Charlotte ou Julien. Ils vivent dans un village de l'Allier, à Cerbère, sur la Côte Vermeille, ou à Neufchâteau, dans les Vosges. Ils sont jeunes, compétents, et cherchent aujourd'hui leur voie professionnelle. Le champ des possibles devrait leur être grand ouvert. Pourtant, leur horizon est largement bouché.
Parce qu'ils grandissent loin des centres de décisions, à l'écart des flux économiques, parce qu'ils résident au coeur de petites villes, dans des zones pavillonnaires, des villages ou des espaces ruraux, 60 % de nos jeunes n'ont pas les mêmes chances de réaliser leur potentiel que leurs camarades des grandes métropoles.
Ces millions de Français, absents du débat public et dispersés sur le territoire, ont un point commun : le parcours d'obstacles qui s'impose à eux. Autocensure, manque d'informations, assignation à résidence, fragilité économique, absence de réseaux, fracture digitale... ils cumulent les difficultés et, pire, se sentent ignorés. Hors radar.
Les Invisibles de la République apporte un éclairage inédit sur les questions d'égalité des chances et propose des solutions pragmatiques, issues du terrain.
La jeunesse de la France périphérique n'a plus à subir ce déterminisme territorial. Pour eux, pour nous, il faut agir !

Une chronique un peu différente pour plusieurs raisons.
Ce livre est déjà une réflexion sur les jeunes de la France périphérique vivant en milieu rural et surtout par les faits : lorsque j'ai choisi ce livre dans la sélection de Babelio , c'est le mot Allier qui m'a interpellé (j'habite dans ce département) puis jeunes , mes enfants sont concernés. De plus, en regardant plus loin, je me suis aperçue que le nom de l'auteur me disait quelque chose. En interrogeant mes enfants, ils m'ont répondu : " ce n'est pas elle qui s'occupe de Chemin d'avenir". Eh oui, c'est bien ça. Mon fils cadet a intégré le programme Chemin d'avenir lors de sa première au lycée. Il en est rien ressorti de concret pour lui .
Vous l'avez compris j'ai un regard peut-être un peu différent d'un lecteur landa.

Les auteurs nous présentent les difficultés du monde rural à accéder à l'information, à une certaine culture aussi.
Il y a des points avec lesquels je ne suis pas entièrement d'accord mais bon je vis à la campagne et fait partie de cette catégorie de gens qui par leur profession ont accès à plus de choses et d’informations (comme l'explique les auteurs) donc ceci explique peut-être cela.

Le gros point développé ici est le manque de mobilité de ces jeunes et aussi par là même leur manque d'ambition. Il est vrai que parfois les jeunes vont plus facilement vers ce qu'ils connaissent et restent près de chez eux mais l'inverse est aussi vraie et là les auteurs ne parlent pas de ce point qui pour moi est un gros frein à leur futur parcours.
Par mon expérience de l'orientation en troisième et des voies prises par les collégiens de mon secteur, je pense qu'au contraire ils sont plutôt mobiles et veulent souvent aller ailleurs que dans leur lycée de secteur et ceci n'est parfois pas possible parce qu'ils ont un lycée général de secteur où ils ont "une place réservée". Et même quand ils souhaitent des options spécifiques ; il ne peuvent aller dans  un autre lycée car plus haut on leur dit qu'ils doivent aller dans leur lycée de secteur.
Il est aussi vrai que certains peuvent par peur, par manque de moyens financiers, par manque d'informations se cantonner aux filières qui existent près de chez eux, il ne faut pas oublier que des freins existent aussi ne le permettant pas d'accéder aux enseignements dont ils ont envie.

Après le bac, les auteurs nous montrent aussi que les étudiants restent près de chez eux pour diverses raisons : manque d'informations sur les filières, métiers, manque de moyens financiers, manque de transports ... Pour l'instant le système leur permet peu d’accéder à des études en dehors de leur académie.
Je pense que sur ce point il y a déjà un gros travail à faire sur l'information des filières innovantes existantes autour de chez eux.

Un autre point est développé : l'accès à l'information . Même au temps d'internet, il est difficile pour ces jeunes de trouver les bonnes informations quand on ne connaît pas les filières qui peuvent exister.

Un point dont je n'avais pas tout à fait conscience en ses termes est aussi soulevé ici : le manque "d’expérience" des jeunes ruraux par le fait qu'ils accèdent plus difficilement à divers activités extra-scolaires  ou ont des difficultés à trouver des stages, des expériences professionnelles ou à participer à la vie associative tant qu'ils ne sont pas mobiles par eux même. Du coup, ils ont plus de mal à réussir certains oraux pour les grandes écoles alors que par ailleurs ils ont le niveau.

J'ai trouvé ce livre très intéressant même passionnant. Il fait bien ressortir les difficultés rencontrées à la campagne par les jeunes pour accéder et ambitionner  des professions différentes de celles qu'ils rencontrent autour d'eux. Il s'appuie sur des études faites, sur des comparaisons avec d'autres pays , avec les jeunes de nos grandes métropoles, des exemples concrets de jeunes qui auraient aimé faire autre chose si les choses avaient été différentes.
Vivant dans cette France périphérique ayant un de mes enfants qui a participé à Chemin d'avenir (association créée par Salomé Berlioux l'un des auteurs), je vois parfois les choses différemment des auteurs mais je reconnais bien les problématiques soulevées ici et le peu de réponses qui est actuellement apporté à ces dernières.




1 commentaire:

  1. On voit bien que ce livre t'a passionné ma belle, ton avis est lui-même hyper intéressant !

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!