lundi 15 juillet 2019

La Boulangère du Diable Hubert Huertas



Merci aux éditions L'Archipel de cette lecture.

1906. Quelques semaines après le vote de la loi sur la laïcité, dans le haut bocage vendéen, un boulanger républicain est maudit par le cure de son village. Son crime ? Avoir hébergé dans sa grange, par un froid polaire, des soldats venus faire l’inventaire des biens de l’Église. Plus personne n’achètera son pain. Il en mourra et sa compagne s’enfuira en Algérie.

Cent ans plus tard, son arrière-petite-fille, elle-même victime de la fureur islamiste en Algérie, se réfugie dans le me me village dont elle devient la boulangère. Des rumeurs l’accompagnent aussitôt, parce qu’elle est algérienne et que le village, derrière son maire, est très a cheval sur la lai cite . Mais elle n’est pas venue la par hasard. Depuis son enfance, sa grand-mère, qu’elle adorait, lui a parle d’une histoire qui a marque sa famille. Une famille vendéenne chasse e de sa région natale au de but du siècle, et dont l’arrière-grand-mère s’est réfugiée « aux colonies ».

Jour après jour, avec l’aide d’un jeune clerc de notaire, la jeune femme replonge dans l’histoire tragique de son aïeul, que extrémisme catholique a conduit au suicide. Son objectif : lui rendre justice...

A partir d’une histoire vraie, Hubert Huertas offre, avec ce suspense ancre dans nos terroirs, tout a la fois un hymne a la vie et un réquisitoire contre les fanatismes.


Secrets de famille avec des enjeux laïques et extrémistes tels sont les thèmes de ce roman.

Nadia fuit l'Algérie où elle a retrouvé sa mère assassinée dans leur boulangerie. Elle part en France d'où sa famille est originaire. Sa venue va raviver de vielles rancunes et secrets.

Il y a un petit côté policier dans ce roman pas désagréable qui nous tient en haleine.
Ce récit est tiré de faits réels. Eh bien; j'ai eu un peu de mal avec ça : comme quoi "la réalité dépasse souvent la fiction". En effet, voir ressortir des événements de plus de 100 ans , alors qu'il n'y a plus aucun protagoniste, il est difficile de comprendre comment les rancunes peuvent passer ainsi de générations en générations.
A côté de ça, le roman va loin dans la malversation : un thème bien de notre époque.

Ce roman est un mélange de présent et de passé historique : on rencontre par exemple Clemenceau.

L'histoire est bien ficelée, j'ai pourtant eu du mal à ne pas décrocher. Je pense que c'est dû au style de l'auteur et à sa manière de mêler le présent et le passé. D'habitude, je n'ai pas de souci avec cette façon de faire, ici ça n'a pas fonctionné pour moi.
Du coup, même si l'histoire est intéressante , je ressors mitigée de cette lecture.


2 commentaires:

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!